kase

 Nous pratiquons le style Shotokan tel qu’enseigné par Sensei Kase.

Le pratiquant pourra trouver nombre d’articles sur internet ainsi que d’ouvrages lui permettant d’étudier l’origine du karaté et de ses différents styles.

Nous donnons ici quelques éclairages sur la lignée dont l’enseignement du club est issu.  

 Il est de nos jours reconnu que le karaté tel que nous le connaissons est le fruit d’une longue évolution au fil des siècles, trouvant son origine dans les premières formes structurées de combat à main nues en Inde, puis en Chine pour ensuite être transmis aux habitants de l’île d’Okinawa grâce à de nombreux échanges commerciaux.

Sur cette île, le karaté se pratiquait par village ou par clan, et de manière confidentielle, eu égard à l’interdiction dont il faisait l’objet. Parmi les pratiquants, Funakoshi Gichin recevait l’enseignement des maîtres Itosu Anko et Asato Yasutsune, eux mêmes élèves de Sokon Matsumara. Le karaté encore restreint à Okinawa, Funakoshi Gichin entreprit de le développer en l’amenant au même niveau de reconnaissance que les arts martiaux traditionnels japonais.

Pour y parvenir, il fit un travail de simplification, structuration, codification qui le conduit à créer son propre style : le Shotokan, la maison de « Shoto », « Shoto » étant son nom de plume et signifiant « le vent dans les pins », en référence à cette image qu’il affectionnait particulièrement.

Parmi ses élèves, son troisième fils, Yoshitaka, apporta nombre d’évolutions, portées par son intérêt pour le combat et l’action décisive.

Taiji Kase fut élève de Gishin et de Yoshitaka.

Sensei Kase fut missionné par la fédération japonaise de karaté pour transmettre l’art martial à travers le monde et s’établit finalement à Paris où il donna ses premiers cours dans le mythique Dojo d’Henry Plée au 34, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève Paris 5. C’est alors le début d’une formidable histoire, au cours de laquelle Kase Sensei a formé de nombreux karatékas qui transmettent encore de nos jours les apprentissages d’une vie de recherche.


lignee